Floride 2012

Jour 46

Mardi 14 Février. Ce matin soleil et c'est chaud.

Étant donné que c'est la fête des amoureux aujourd'hui on se gâte, on s'en vas en moto pour la première fois à la plage d'haulover. On se préparent, on foule les portes bagages au complet puis on roule en manche courte, il fait chaud. On prend les plus petites routes possible pour faire durer le trajet plus longtemps. On emprunte même des routes qu'on a jamais fait, ici c'est facile car les routes formes des carrés, alors on peut couper partout pour se rendre au même endroit. On met 1h15 pour rejoindre la plage, hum que c'est le fun d'y aller en bécane.

On s'installent seul dans un coin tranquille, y a pas beaucoup de gens car il est tôt, 11hres. On souffle le matelas gonflable et l'on s'étend. C'est pas mal nuageux, le soleil sort pas souvent. Puis vers 13 hres, les nuages disparaissent, il fait beau et chaud. On prend une marche dans le centre de la plage, pour voir si on connaît du monde, on fait pas long et... j'entend mon prénom... je me tourne et c'est mon frère qui m'appel. Je le voit, on se dirigent vers lui, il est avec son épouse, et un couple que l'on connaît les accompagnent. On discutent un peu puis on vas chercher nos effets pour s'installer avec eux. On passent l'après-midi à discuter ensemble les 6. On apprend que c'est leur première visite à cette plage, on leur expliquent les rudiments et convenances. Vers 17 heures ils quittent les 4, nous on restent pour absorber les derniers rayons de soleil. Puis on quittent à notre tour. On reprend la route.

Sur la route il y a beaucoup de trafic, par chance on est pas presser, il fait encore beau et chaud. Le soleil se couche, les couleurs sont rouge foncé au loin dans le ciel, que c'est beau à voir, hum.

Arrivé on est content de notre journée, on pensent y retourner tellement c'est le fun.

Le soir on parlent avec notre fils, il me remplace coté travail donc il me parle des jobs... je l'écoute, le conseille, tout vas bien en général. Des gros problèmes avec le camion, etc. Mais il se débrouille bien, par chance. Tout ce qu'il me dit me ramène à la réalité, que... à quelques part des personnes continuent de travailler, ouf j'ai pas l'esprit à ça en ce moment... Plus tard je m'allonge et je pense à tous ce qu'il m'a dit et j'ai de la misère à trouver le sommeil. Je me lève et sort prendre une marche. Et ça marche, hum.

Fin de cette belle journée.

-